Responsive menu
partenaires Promotions Produits Nos magasins
Le panier est vide Mon panier Mon compte

Conseils pour la culture d'intérieur

Retour à la liste

Les principales parties de la plante :

Les principales parties d'une plante ne sont autres que les racines, les tiges, et les feuilles.Elles sont toutes aussi importantes et un problème avec l'une d'elle est un problème majeur.

Les racines :

Les racines sont les plus sensibles et malheureusement les plus difficiles à observer quand les problèmes débutent.

Dépendances :

La croissance des racines dépend directement de l'humidité, l'oxygène, la température etdes sucres envoyés par les feuilles.

Il est important de noter que le tiers en haut des racines des plantes est adapté à l'air, etles deux tiers en bas à l'eau. Ainsi on doit prendre garde à ne pas laisser trop humide les racines adaptées à l'air ou alors la plante risquerait de se noyer puis mourir. Les deux tiers restants des racines peuvent être laissés constamment humides pourvu que l'eau soit suffisamment oxygénée. En effet, une eau stagnante risquerait de tuer rapidement la plante. Des racines blanches sont synonymes de bonne santé de la plante. Si elles deviennent brunes (particulièrement aux extrémités), ceci signifie que les racines commencent à s’infecter le plus souvent à cause d’un manque d'oxygène.

Il faut remarquer également que les extrémités des racines (ou radicelles) absorbent la majorité de l'eau et des éléments nutritifs. Cependant, ces radicelles meurent très rapidement et nécessitent par conséquent un renouvellement permanent (lié à une oxygénation accrue des racines) si l’on veut conserver une croissance optimale de la plante.

Enfin, une plante peut fonctionner correctement avec ses racines exposées à la lumière à partir du moment où les racines ne dessèchent pas.

Fonctionnalités :

Les racines envoient des éléments nutritifs aux feuilles (en échange de sucre ou énergie),

Elles servent de site d'emmagasinage pour l'excès d'énergie venant des feuilles,qui est conservé sous forme d'amidon. Les racines avec leur capacité de conserver l'amidon décideront de la bonne croissance d'une plante et de sa productivité.

Conclusion :

Plus le réseau racinaire est sain et vaste, meilleure est la croissance de la plante.

En effet, plus le réseau racinaire s'étend, plus les racines sont capables de stockées d’importantes quantités d’amidon (=> énergie). Les racines stockant énormément d'énergie sont donc capables d'échanger beaucoup d'éléments nutritifs avec les feuilles, et celles-ci en échange envoient plus de sucre, ce qui contribue directement à une bonne croissance de la plante.

Les tiges :

Les tiges servent de canaux de circulation entre les racines et les feuilles.

Dépendances :

La quantité d’éléments nutritifs et sucres transportés dans les tiges est directement liée l’activité photosynthétique des feuilles et la taille des canaux de circulation (épaisseur de la tige).

Fonctionnalités :

Les tiges plus courtes sont préférables car les éléments nutritifs et sucres ont moins de distance à parcourir entre les racines et les feuilles. En effet, plus les tiges sont courtes, moins la plante ne dépense d’énergie pour acheminer les nutriments du bas de la plante vers son sommet. L’énergie résiduelle peut ainsi être utilisée à d’autres fins telles que la croissance de la plante ou des fruits.

La taille des canaux de circulation (de la tige) est primordiale. En effet, les feuilles aspirent l'eau des racines comme à travers une paille. Par conséquent, plus les canaux de circulation sont larges et robustes, plus les éléments nutritifs et sucres pourront circuler facilement et en importante quantité.

Conclusion :

Plus les tiges sont petites et épaisses, meilleure est la productivité de la plante.

Les feuilles :

Les feuilles sont à la base de la production du sucre (ou énergie) pour la plante.

Dépendances :

Les feuilles produisent les sucres de la plante en utilisant la lumière (photosynthèse) et en la combinant à l'eau et ses éléments nutritifs, ainsi que le dioxyde de carbone (C02) extrait de l'air ambiant.

Fonctionnalités :

Comme nous l’avons vu précédemment, les feuilles sont à l’origine de la circulation des nutriments et de l’énergie dans la plante. En effet, ce phénomène succion (ou aspiration) continue par les feuilles s’explique par le fait que la plante transpire (et évapore) continuellement de l’eau au niveau de ses feuilles tout au long du cycle de la photosynthèse.

Les feuilles permettent également à la plante de respirer. Pour cela, les feuilles possèdent des millions de petits trous appelés « Stomates » situés sur la face du dessous des feuilles. Ces stomates permettent à la plante de respirer en laissant librement circuler le dioxyde de carbone (CO2) et l’oxygène (O2) entre l’air et la plante.

Remarque : Si les stomates sont sales et bouchés, la circulation d'air est restreinte et la croissance de la plante en est directement affectée. Malheureusement, les stomates sont facilement bouchés par la saleté, l'air pollué et toutes sortes de traitements antiparasitaires laissant une pellicule sur les feuilles.

Pour prévenir ce type de problèmes (entré d’air pollué + parasites), il est possible d’utiliser des filtres a pollen stoppant les poussières et parasites contenues dans l’air. En cas de traitement des feuilles, vaporiser également de l’eau sur le dessous des feuilles afin de nettoyer les stomates.

La plante possède trois types de feuilles, à savoir :

Les feuilles supérieures d'une plante : Elles tendent à approvisionner les pousses du sommet.

Les feuilles du bas d’une plante : Elles tendent à approvisionner les racines en énergie.

Les feuilles du milieu de la plante : Selon la demande, elles peuvent approvisionner en énergie aussi bien le haut que le bas de la plante.

Pendant la floraison et la fructification, seules les dernières feuilles du bas fournissent les racines, le reste de l'énergie étant destiné aux fleurs ou aux fruits. Pour cette raison, plus les feuilles du bas sont éclairées, plus la plante aura l'occasion de conserver l'énergie supplémentaire qui fur et à mesure améliorera son rendement.

Conclusion :

Une bonne croissance des feuilles rendra possible l'absorption de beaucoup d'éléments nutritifs par les racines. Cependant, le rendement d'une plante ne correspond pas à la quantité de feuilles. Les feuilles indiquent seulement le potentiel de la plante. Les racines indiquent mieux la quantité d'énergie produite.

Il ne faut jamais dépouiller une plante de toutes ses feuilles parce qu'il en faut toujours un nombre suffisant pour collecter la lumière et maximiser son potentiel respiratoire. Les feuilles du bas ne devraient jamais être enlevées si elles sont saines car elles sont le fournisseur principal des racines en énergie et n'ombragent pas de sections importantes de la plante.

Les feuilles à retirer en priorité sont les vieilles feuilles jaunes parce qu'elles ne travaillent pas.

Lorsque vous désirez enlever d’autres feuilles pour laisser pénétrer davantage la lumière, préférer toujours enlever les plus vieilles feuilles et garder toujours les plus jeunes, puisqu'elles fonctionnent encore à 100% de leur capacité.

Fonctionnement d'une plante

Comme tous les êtres vivants, les plantes ont besoin de Lumière + Eau + Air + Nutrimentspourvus par la nature en général.

Dans le cas où un seul de ces paramètres viendrait à manquer ou à devenir insuffisant, le processus de Photosynthèse (défini dans le paragraphe suivant) ne pourrait plus s’effectuer correctement.

C’est la notion de Facteur limitant !

NB : Le principe fondamental de la culture en intérieur est de recréer scrupuleusement les conditions optimales de développement d’une plante. Cependant, imiter la nature n’est pas chose simple ! Seul le respect et le contrôle de tous ces paramètres permettent d’obtenir des résultats dépassant ceux de la nature en rapidité et en abondance !

La lumière

La lumière est l'un des 3 éléments primordial au développement de la plante. Elle est à la base d'un mécanisme essentiel : La photosynthèse.

Le mécanisme de la photosynthèse :

La photosynthèse est l'un des processus les plus important de la nature. Sans elle, les végétaux ne pourraient pas pousser !

Par définition, la photosynthèse est le processus par lequel l'arbre ou la plante se nourrit par ses feuilles.

En effet, au cours de la photosynthèse, les plantes captent la lumière du soleil et le gaz carbonique (CO2 de l'air) par leurs feuilles et absorbent de l'eau (et nutriments) par leurs racines. Les feuilles se servent de l'énergie du soleil pour changer l'eau et le dioxyde de carbone (CO2) en énergie chimique (sucre ou glucose), tout en rejetant de l'oxygène comme le montre l’équation ci-dessous :

Eau + Lumière + CO2 -> Oxygène + Glucose

Le glucose quitte ensuite la feuille et est transporté dans tout le végétal pour le nourrir.

Les pigments photosynthétiques principaux situés sur les feuilles sont la chlorophylle a, la chlorophylle b et les caroténoïdes. Ces pigments responsables de la photosynthèse absorbent certaines longueurs d'ondes plus efficacement que d'autres.

Le graphique présente les spectres d'absorption des deux chlorophylles a et b. On remarque par conséquent que tous les végétaux absorbent fortement les longueurs d’ondes égales à environ 440 nm (<=> Couleur bleu) et 650 nm (<=> Couleur rouge).

NB : La couleur qu'on voit est la couleur réfléchit par le pigment. Donc les feuilles apparaissent vertes par ce que les chlorophylles a et b absorbent le bleu et le rouge et reflètent le vert.

Le spectre de la lumière :

La lumière artificielle n'est jamais aussi bonne que la lumière du soleil. On peut produire une intensité lumineuse plus grande que le soleil en réduisant la distance entre les ampoules et la plante, mais on n'a pas encore inventé une ampoule qui possède toutes les couleurs du spectre.

Cependant, même si le spectre des lampes horticoles n’est pas identique à celui du soleil,certaines lampes émettent des longueurs d’onde très propices au développement des plantes. Comme mentionné au paragraphe précédent, les plantes ont besoin de deux types de longueurs d’onde différentes selon leur phase de développement (Croissance / Floraison). C’est pourquoi, le choix d’une source de lumineuse appropriée est indispensable. Cette dernière doit restituer les longueurs d’ondes nécessaires à la photosynthèse et doit fournir également la quantité de lumière nécessaire à chaque phase de développement des plantes.

  • Croissance : Les longueurs d’onde Bleue procurent une lumière blanche comme celle que l’on retrouve au printemps. Cette longueur d’onde Bleue peut être procurée par des néons horticoles (cool white), lampes Envirolytes (MG cool white) et des lampes horticoles Haute Pression aux Iodures Métalliques (MH). Cependant, seules la lampe Haute Pression aux Iodures Métalliques (MH) procurent une intensité lumineuse suffisante pour assurer une croissance optimale à votre plante.
  • Floraison : Les longueurs d’onde Rouge procurent une lumière jaune comme celle que l’on retrouve en été. Cette longueur d’onde Rouge peut être procurée par des néons horticoles (warm white), lampes Envirolytes (MG warm white) et des lampes horticoles Haute Pression Sodium (HPS). Cependant, seules la lampe Haute Pression Sodium (HPS) procurent une intensité lumineuse suffisante pour assurer une floraison optimale à votre plante.

NB : Si à l’inverse, vous faites croître vos plantes sous des longueurs d’onde rouge (Ampoule HPS), elles vont s’étirer en longueur avec une tige fine et un écart trop grand entre les entrenoeuds : C’est le phénomène d‘étiolement de la plante ! En effet, ceci s’explique par le fait que la plante recherche les longueurs d’onde bleue sans jamais les trouver en quantité suffisante.

Il est donc important de respecter les besoins de la plante car une croissance idéale prépare forcément à une meilleure floraison.

Les cycles d’éclairage :

Tout comme les longueurs d’onde, les plantes ont des besoins spécifiques selon leur phase de développement :

  • En croissance, le cycle d’éclairage doit être de 18 H / 24 H (que ce soit lors de la phase végétative suivant la germination (stade de pré croissance) ou pendant la phase de reprise des boutures, même si celles-ci ont été prélevées sur des plantes en floraisons).
  • En floraison, le cycle d’éclairage doit être de 12 H / 24 H (pour une floraison optimale, il est primordial de respecter scrupuleusement le cycle de 12 heures de lumière et de 12 heures d’obscurité totale et continue car les plantes mémorisent la durée de la nuit à cause de leur cycle biologique). Pour respecter facilement ces exigences, il suffit d’utiliser un programmateur qui doit être de bonne qualité pour supporter l’amorçage des lampes Haute Pression.

En culture sous lumière artificielle, c’est à vous de décider de la durée du cycle de croissance (18 H / 24 H) et quand passer en cycle de floraison (12 H / 24 H). Il n’est donc pas nécessaire de respecter la durée du cycle de croissance que la plante suit naturellement en lumière naturelle. Il est bien trop long pour la culture en intérieure, les plantes seraient alors trop grandes et la floraison ne serait pas compacte et uniforme. Paradoxalement, vous n’obtiendriez pas le rendement maximal.

Il vaut mieux faire fleurir de petites plantes ; vous gagnerez du temps, de la place et surtout chaque plante recevra assez de lumière pour une floraison optimale. En culture sous lampe, il faut forcer la floraison en passant assez vite en cycle 12 H / 24 H (dès que la plante atteint une vingtaine de centimètres environ).

Ceci peut paraître petit pour déclencher la floraison, mais il faut bien avoir en tête que les plantes ne réagissent pas instantanément au changement de cycle ; elles continuent à grandir pendant les 2 à 3 premières semaines du cycle de floraison (ou phase de pré floraison).Les plantes atteignent finalement 50 à 80 cm (suivant les variétés) lors de la phase productive en floraison ; ce qui est la taille idéale pour obtenir une qualité uniforme du bas de la plante jusqu’à son sommet.

Afin de vous éviter toutes mauvaises surprises, voici quelques informations et conseils pour vous aider à mieux cerner vos besoins en éclairage par rapport à votre surface et hauteur de culture.

L'éfficacité des sources lumineuses :

L’efficacité de la lampe correspond en quelque sorte à la quantité de lumière que peuvent employer les plantes pour réaliser leur photosynthèse. Afin de quantifier l’efficacité de chaque source lumineuse, un coefficient nommé PAR (PhotosyntheticActive Radiation) ou RAP (Radiation Active de Photosynthèse) a été instauré.

Les lampes sont plus ou moins efficace suivant la technologie d’éclairage utilisée (Incandescence, Décharge à Haute Pression, etc.). Dans ce paragraphe, nous nous restreindrons seulement à l’efficacité des sources lumineuses présentant un spectre de lumière propice au développement des plantes, à savoir : Les néons, les lampes MG et les lampes Haute Pression (cf. chapitre : La lumière / Le spectre de la lumière).

Par ordre croissant, Le PAR des sources lumineuse ci-dessus est le suivant :

Néons avec un PAR d'environ 40 % d’efficacité,

Les lampes Haute Pression avec un PAR compris entre 50 et 65 %,

Les lampes MG avec un PAR de plus de 90 %.

En conclusion, on s’aperçoit que les lampes MG sont les lampes qui gaspillent le moins d’énergie (perte sous forme de chaleur) en restituant quasiment toute l’énergie électrique consommée sous forme d’intensité lumineuse efficace.

L'intensité lumineuse :

L’intensité lumineuse d’une lampe mesurée en lumens diminue en fonction de la distance par rapport à la source lumineuse (ampoule ou néon). En effet, suite à des études phénoménologiques, il a été démontré que l’intensité lumineuse est réduite d’environ de moitié par tranche de 30 cm.

Pour ordre de grandeur, voici les intensités lumineuses classer par ordre croissant de différents types d’éclairages horticoles :

Type de source lumineuse Intensité lumineuse
Néons horticole 110 Watts
Lampe MG 125 Watts
Lampe Haute Pression Sodium 250 Watts
Lampe Haute Pression Sodium 400 Watts
Lampe Haute Pression Sodium 600 Watts
Lampe Haute Pression Sodium 1000 Watts
10 000 lumens
11 000 lumens
33 000 lumens
55 000 lumens
90 000 lumens
135 000 lumens

NB : Malgré les apparences, l’intensité lumineuse n’est pas proportionnelle à la puissance de la source lumineuse !

Dans cet exemple, on s’aperçoit que le nombre de lumens peut varier considérablement en fonction des types de sources lumineuses. Cependant, comme l’intensité lumineuse diminue de moitié par tranche de 30 cm supplémentaire, il sera nécessaire de rapprocher plus ou moins l’ampoule de vos plantes pour optimiser leur productivité.

Par exemple, si l’on se ramène à un niveau de PAR égale, vous aurez une intensité lumineuse équivalente entre une lampe MG 125 Watts située à proximité des plantes et une lampe HPS 250 Watts situé à 33 cm de ces dernières. Cependant, à intensité lumineuse et PAR égale, la surface éclairée par la lampe HPS sera bien supérieure à celle de la lampe MG.

La puissance et la chaleur :

La puissance d’une lampe se mesure en Watts et varie suivant les types de sources lumineuses. En effet, comme vu précédemment, certaines sources lumineuses consomment beaucoup de puissance sans forcément restituer un maximum d’intensité lumineuse (<=> 100% PAR).

La quantité de chaleur dégager par l’ampoule est donc étroitement liée à la puissance de l’ampoule et son coefficient PAR (Photosynthetic Active Radiation).

Par conséquent les néons de faible puissance dégageront peu de chaleur malgré leur taux de PAR très faible (40%). Malgré un PAR proche de 100%, les lampes MG dégageront plus de chaleur que les néons à cause de leur puissance plus élevée (jusqu’à 200 Watts). Enfin les lampes Haute Pression seront celles qui dégagent le plus de chaleur à cause d’un part moyen (60%) et principalement à cause d’une puissance très importante allant en général de 250 Watts à 1000 Watts.

La consommation électrique :

La consommation électrique de vos sources lumineuses (néons, lampes horticoles) est directement proportionnelle à leur puissance et à leur technologie (tube fluorescent, lampe Haute Pression, etc.). Afin de vous éclairer sur la consommation de vos lampes en fonction du cycle de vie (croissance / floraison) de vos plantes, voici ci-dessous un petit tableau indicatif des tarifs EDF en fonction des principales puissance de lampes horticoles existants sur le marché.

Consommation électrique

Type de source lumineuse et Puissance associée en Watts Cycle Floraison (12H/24H) Cycle Croissance (18H/24H)
Néons horticole 36 Watts
Néons horticole 110 Watts
Lampe MG 125 Watts
Lampe Haute Pression Sodium 250 Watts
Lampe Haute Pression Sodium 400 Watts
Lampe Haute Pression Sodium 600 Watts
Lampe Haute Pression Sodium 1000 Watts
1,5 €
4 €
6 €
13,5 €
20 €
30 €
48 €
2,5 €
6,5 €
10 €
18 €
30 €
44 €
71 €

NB : Ce tableau de prix se base sur une tarification EDF de base et peut varier sensiblement suivant la technologie des sources lumineuses utilisées.

Choix des sources lumineuses appropriées :

Les néons :

En raison de la faible quantité de chaleur dégagée par les néons, on pourra les utiliser dans des espaces d’intérieur de petit volume et les rapprocher des plantes sans risquer de les brûler.

Cependant, son faible taux de PAR et sa faible intensité lumineuse ne vous permettront pas d’obtenir une grande productivité. C’est pourquoi, il est préconiser d’utiliser les néons pour des phases de germination, bouturage et pré croissance pour les plus puissant d’entre eux.

Les lampes MG :

En raison de la faible quantité de chaleur dégagée par les lampes MG, on pourra les utiliser dans des espaces d’intérieur de petit volume et les rapprocher des plantes sans trop risquer de les brûler.

Cependant, la quantité de chaleur dégagée est qu’en même significative et nécessitera par conséquent un système d’extraction d’air pour obtenir des conditions de culture optimale.

Malgré son taux de PAR très élevé (proche de 100%), son intensité lumineuse de niveau moyen ne vous permettra pas d’obtenir une productivité aussi importante qu’avec des lampes HPS à moins de multiplier le nombre d’ampoules MG et de les situer à proximité des plantes (une dizaine de centimètre).

C’est pourquoi, il est préconisé d’utiliser les lampes MG pour éclairer de petites surfaces de culture (0,5 mètre carré par exemple) dans des espaces de culture de faible volume. Par ailleurs, son PAR et son intensité lumineuse plus élevée que les celles des néons vous permettra de mener à terme toutes vos cultures ou maintenir vos plantes mères au stade végétatif (phase de croissance).

NB : il est également possible d’éclairer de grandes surfaces avec les lampes MG mais cela nécessitera un coût plus important qu’avec une lampe à Haute Pression Sodium. En effet, il faut compter 170 € pour une lampe MG 250 Watts contre 90 € pour une lampe HPS 250 Watts.

Les lampes Haute Pression :

Les lampes Haute Pression (HPS et MH) utilisées en horticulture existent principalement en puissance de 250 Watts, 400 Watts, 600 Watts et 1000 Watts. Leur PAR assez élevé et leur intensité lumineuse pouvant être très élevée en font des références pour la culture en intérieur. Cependant, bien que ces lampes soient de loin les plus efficaces en terme de productivité, en contre partie, elles dégagent de la chaleur et sont également de grandes consommatrice d’énergie.

C’est pourquoi, il est préconisé d’utiliser les lampes Haute Pression pour éclairer des surfaces de culture variant de 0,75 à plusieurs mètres carré dans des espaces de culture de volume important. A l’instar des lampes MG, il sera également possible de mener à terme toutes vos cultures ou maintenir vos plantes mères au stade végétatif (phase de croissance).

Puissance d'éclairage Haute Pression Surface de culture préconisée
250 Watts
400 Watts
600 Watts
1000 Watts
2 x 400 Watts
400 Watts + 600 Watts
2 x 600 Watts
etc...
0,75 m2
1 m2
1,5 m2
2 m2
2 m2
2,5 m2
3 m2
etc...

Hormis la consommation électrique qui peut devenir très significative pour des lampes de 600 Watts ou plus, le principal problème des lampes Hautes Pression provient de l’importante chaleur qu’elles dégagent. Voici quelques règles à respecter pour éviter toutes mauvaises surprises.

  • Les lampes 1000 Watts sont très puissante mais dégagent énormément de chaleur concentrée au niveau de la source. La lumière est très forte au niveau de l’ampoule et ne se répartie pas uniformément sur l’ensemble de l’espace de culture. Par conséquent, il vaut mieux utiliser plusieurs lampes (2x400 Watts, 400 + 600 Watts ou 2x600 Watts) plutôt qu’une seule lampe 1000 Watts afin d’augmenter la surface d’éclairage tout en rapprochant davantage les lampes de vos plantes.
  • Afin d’éviter de brûler vos plantes, il est important de garder une certaine distance entre l’ampoule et le sommet des plantes tel que le montre le schéma ci-dessous.
  • Si vous désirez rapprocher davantage votre lampe Haute Pression du sommet de vos plantes, il vous est possible de remplacer votre réflecteur martelé d’origine par un Cooltube © (en verre pyrex traité) couplé à un extracteur adéquate qui vous permettra d’extraire la chaleur dégagée par l’ampoule HPS / MH sans qu’elle n’ai le temps de se propager dans votre espace de culture.

Les nutriments

On distingue deux principales catégories de nutriments, à savoir :

  • Les sels minéraux : Azote (N), Phosphore (P), Potassium (K), Calcium (Ca), Clhore (Cl), Magnésium (Mg), Sodium (Na), Soufre (S), etc.
  • Les Oligo éléments : Fer (Fe), Cuivre (Cu), Brome (Br), Cobalt (Co), Zinc (Zn), Aluminium (Al), Silicium (Si), Manganèse (Mn), Molybdène (Mo), Iode, S élénium, Vanadium, etc.

Les Oligoéléments s'appellent ainsi car ils se trouvent en très petites quantités dans l'organisme. D'un point de vu étymologique, « Oligo » vient du mot grec qui signifie « Petit ».Malgré leur proportion réduite, ils sont tout aussi nécessaires que les sels minéraux !

Les sels minéraux :

Avant toutes choses, il est important de savoir que tous les engrais sont composés des principaux sels minéraux suivant :

  • N pour azote (Nitrogène),
  • P pour Phosphore,
  • K pour potassium.

Exemple : Sur les engrais vous verrez des chiffres sous la forme 4-1-8 ceci signifie : 4 parts de N (azote), 1 part de P (Phosphore), 8 parts de K (Potassium) . Les chiffres 4-1-8 ne correspondent pas nécessairement à une concentration (en %) mais indiquent généralement la proportion de tels ou tels sels minéraux par rapports aux autres. Dans cette exemple, nous avons donc 4 fois plus d'azote (N) que de phosphore (P).

Pour les plantes de type C3 (vivant en milieu tempéré comme les tomates par exemple), les besoins en engrais changent selon les différentes périodes de leur vie.

  • Au début de sa vie, la plante a besoin de beaucoup de phosphore pour développer ses racines donc un engrais du genre 3-6 -7 (ou un autre engrais présentant des proportions similaires) serait parfait ,
  • Pendant la croissance , il vous faudra au contraire baisser le taux de phosphore Pet augmenter celui de d'azote N , un engrais dans les proportions 4-1 -5 (ou un autre engrais présentant des proportions similaires) devrait faire l'affaire,
  • Pendant la floraison, la plante à de nouveau de forts besoins en Phosphore P pour la croissance de ses fruits . En revanche le taux d'Azote N doit être très faible donc un engrais du genre 1-4 -6 (ou un autre engrais présentant des proportions similaires) serait parfait.

Attention : Les taux de N-P-K indiqués ci-dessus sont arbitraires et ont pour unique but de vous éclairer sur les proportions majoritaires de tels ou tels sels minéraux suivant le cycle de vie de la plante. Par ailleurs, l'ensemble des engrais Bionova, Biobizz, Hesi, etc. sélectionnés par L'Or Vert possèdent des proportions en N-P-K adéquates pour assurer une croissance et une floraison optimale à votre plante.

Résumé :

  • le Nitrogène ou Azote (N) <=> Croissance de la plante,
  • le Phosphore (P) <=> Développement du réseau racinaire et fleurs (ou fruits) ,
  • le Potassium (K) <=> Rigueur de la plante .

Les oligo éléments :

Les sels minéraux énoncés (N-P-K) ne sont bien entendus pas suffisant pour assurer un bon développement de la plante. D'autres nutriments tels que les oligo éléments nécessaires à la plante doivent être présents dans votre solution ou substrat, à savoir : Bore (B) ,Molybdène (Mo) ,Cobalt (Co), Fer (Fe), Manganèse (Mn), Zinc (Zn), Cuivre (Cu).

Les oligo éléments n'ont pas pour objectif de nourir la plante comme les sels minéraux mais ont un rôle complémentaire. En effet, les oligo éléments permettent à la plante de :

  • améliorer et accélérer l'absorbtion et l'assimilation des éléments nutritifs (sels minéraux),
  • optimiser son système d'autodéfense.

Ceci résulte évidemment en une plante plus vive, d'un rendement plus élevé, qui peut se protéger suffisament contre les attaques des bactéries, des champignons et des virus.

Résumé :

L'adjonction de ces matières indispensables produit un effet positif exceptionnel aussi bien sur la qualité que la quantité des plantes traitées.

Toutes les gammes d'engrais Bionova, Biobizz, Hesi, etc. proposent ce types d'additifs ou boosters (BN X-Cel, BN Missing Link, Super Vit, Top Max, etc.) permettant d'optimiser vos cultures d'intérieurs et d'extérieures.

Attention : un excès d'engrais ou/et d'oligo éléments ne fera en aucun cas du bien à votre plante mais au contraire pourrait causer des dommages irréversibles au niveau de son réseau racinaire. RESPECTEZ LES DOSES INDIQUEES sur vos engrais et additifs.

Retour à la liste